Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
sortirdelacriseparlehaut.overblog.com

Et cette métamorphose ?

Rédigé par Sortir de la CRISE par le HAUT

"Vous devez être le changement que vous souhaitez voir dans le monde."
Djalâl ad-Din Rûmî (1207-1273)

La dynamique dialectique entre notre chapitre "Pédagogie de la Liberté" et les commentaires de Victor Friedlander est un exemple éclairant de l’importance de la nécessité de multiplier les opinions pour atteindre une philosophie représentative de la diversité des opinions, de la complexité du monde et de la richesse des connaissances du très grand nombre de personnes formées à tous les niveaux de compétence.

En utilisant les outils évoqués dans ce chapitre d’abord pour notre propre évolution et, ensuite, en les vulgarisant intelligemment à travers une nouvelle pédagogie publique qui s’adressera à toutes les classes d’âge, on peut espérer commencer ainsi à remplacer progressivement l’homo sapiens (« qui pense et qui sait qu’il pense ») par des êtres humains comme il n’en a jamais encore existé. Ils auront entièrement assimilé les contraires et assumé leurs paradoxes, y compris leur androgynéité. Ils sauront que leur pensée n’est pas fiable car elle est le résultat du travail d’un cerveau «au logiciel périmé» et qu’ils doivent donc utiliser leur néocortex pour « dresser » leurs cerveaux limbique et reptilien. Ainsi, ils arriveront à vivre pleinement la modernité qu’ils ont eux-mêmes inventée : la libération du « temps » grâce à l’industrie, et le confort pour tous, grâce à la science, à la technologie et à la mécanisation des tâches pénibles et répétitives.

Cette étape nous autorise à espérer la réalisation des trois principes du bonheur selon Spinoza : la vie c’est le désir, mais pour devenir humain, il nous faut:

  1. la réflexion, pour être libre des erreurs de nos « vieux » cerveaux;
  2. que l’homme devienne réellement autonome comme individu libre, c’est à dire capable d’action personnellement choisie, sans contrainte extérieure d’un pouvoir dominant, ni contrainte intérieure d’une passion naturelle asservissante ; et
  3. qu’il accède ainsi au stade d’humain social en ayant appris la solidarité qui permet la société car l’être humain est plus heureux en acceptant les us et coutumes de la société dans laquelle il a choisi de vivre que de devoir se battre pour son autosuffisance dans la solitude.

"L’homme qui est conduit par la raison est plus libre dans la société où il vit selon le décret commun que dans la solitude où il n’obéit qu’à lui-même."
Baruch Spinoza, Éthique 

Application immédiate à la sortie de crise !

En complément des réformes économiques, politiques et so-ciales qui s’imposent et doivent être étudiées par des spécialistes reconnus pour leur objectivité et leur souci de l’humanisme, les aspects plus particulièrement anthropologiques et philosophiques qui ont été évoqués ici doivent être adressés d’urgence sous peine de voir les mêmes profiteurs reprendre le pouvoir et l’exploitation éhontée des masses de citoyens sous-informés.

"Le contraire de la violence n’est pas la douceur, c’est la pensée."
Etienne Beauvois, écrivain Vaudois

Nous pensons qu'une réforme politique nécessaire devrait garantir au moins les trois changements sociopolitiques suivants :

1. Interdiction et non éligibilité des politiciens qui se rendront coupables de la plus minime contravention aux principes de probité, inexistence de tout risque de conflit d’intérêt et respect absolu des pouvoirs des citoyens définis dans une nouvelle constitution.

2. Organisation immédiate, dans tout le pays, d’une vaste pédagogie des neurosciences à tous les niveaux d’enseignement pour libérer l’individu et lui permettre d’arrêter la rétention de l’information. Inscription de cette pédagogie dans le rôle permanent de l’enseignement public.

3. Définition d’un nouveau métier politique de personnes passant à chaque élection un contrat avec leurs électeurs, dans des termes permettant de leur demander d’en rendre compte, pour ramener la dignité politique des stoïciens et permettre, enfin, tous les changements sociaux qui correspondent aux progrès de l’humanité.

Ces quelques suggestions devront être étoffées et précisées par de larges concertations permettant à tous les citoyens de s’exprimer, de réfléchir, afin de s’approprier les réformes et surtout l’image de la métamorphose sociétale à venir.

Ceci est rendu possible par l’informatique moderne. Cette remarque nous permet, pour conclure, de souligner ici qu’il faut toujours encourager la jeunesse et lui faire confiance. Toutes les formes de « sagesse » des aînés sont, par nature, teintées de regret ou, au moins de nostalgie. Les jeunes viennent encore de prouver, avec le développement de l’informatique populaire qu’ils peuvent changer le monde.

Partager cette page

Repost 0