Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
sortirdelacriseparlehaut.overblog.com

2013, les premiers pas dans un « monde d'après »

18 Décembre 2012 , Rédigé par Sortir de la CRISE par le HAUT

GEAB N°70 est disponible ! 2013, les premiers pas dans un « monde d'après » en plein chaos

Nota bene: nous partageons ici ce texte de "leap2020" parceque les idées de ce groupe appartiennent à la même famille que celle de notre livre: la famille des êtres humains qui croient que cette "crise" peut, et doit, être un tremplin pour un bond ("leap") qualitatif vers une nouvelle société.

Ceci ne signifie pas nécessairement que nous souscrivions à toutes leurs analyses et projectives. Le débat reste ouvert, bien sûr!

La dislocation géopolitique actuelle, largement anticipée par LEAP/E2020 depuis février 2009 (GEAB n°32), se traduit par une fragmentation du monde qui va s'accélérer l'année prochaine sur fond de récession mondiale. La fin du leadership des anciennes puissances va provoquer en 2013 un chaos mondial, duquel commence déjà à émerger le monde d'après.

Ce sera une année sombre pour les États-Unis, perdant leur statut d'unique superpuissance et incapables d'influencer la construction d'une nouvelle gouvernance mondiale. Car, si tous les acteurs cherchent désespérément des solutions pour tirer leur épingle du jeu, seuls les pays et régions qui se sont préparés à affronter ce choc peuvent espérer peser dans l'émergence du monde d'après. Des alliances de toute nature (CELAC, UNASUR, MERCOSUR, ALBA, CAN, ALADI, ALENA, OEA, UA, NEPAD, SADC, COMESA, CEDEAO, UEMOA, CEMAC, Ligue Arabe, UE, AELE, ASEAN, APT, EAC, BRICS, CASSH, Union Eurasienne, etc.) reflètent ainsi ces tentatives ; mais celles-ci sont plus ou moins avancées, plus ou moins homogènes, et résisteront plus ou moins à la tempête qui s'annonce.

Avec l'Euroland, né de la crise et se renforçant à chaque tempête telle une usine marée motrice, l'Asie et l'Amérique du Sud sont les mieux armées pour sortir gagnants du grand « remaniement » mondial, tandis que les vieilles puissances, comme les États-Unis, le Royaume-Uni, Israël, le Japon, etc…, qui ratent tous les trains de l’adaptation au monde multipolaire de l’après-crise, se retrouvent totalement démunies. Car on assiste à une extraordinaire ouverture du jeu mondial, qui offre de nombreuses opportunités aux acteurs prêts à les saisir. On le voit au Moyen-Orient où les peuples tentent d'en profiter pour modifier la région selon leurs aspirations ; on le voit aussi avec les BRICS bien sûr qui avancent leurs pions face aux puissances déclinantes ; on le voit enfin en Europe à qui chaque nouvel assaut de la crise procure l'énergie pour s’adapter aux défis de demain.

Puisque la situation économique (récession) et géopolitique (tensions extrêmes au Moyen-Orient, mais aussi en Asie (1), etc.) rend l'année 2013 difficile et très dangereuse, et les dérapages probables, les régions relativement plus stables bénéficieront de cette situation qui les rendra plus attractives. Tout est relatif bien sûr mais la violence du monde en 2013 fera apparaître l’Euroland comme un des rares havres de paix, de stabilité, de confort… et pour les investisseurs comme l’un des rares lieux dans le monde offrant une certaine visibilité sur l’avenir (2). Cette réalité constituera un puissant moteur de sortie de crise pour l’Europe en 2013.

Un rapprochement de l'Euroland avec les BRICS, autre formation porteuse d'avenir, pèserait ainsi favorablement dans l’indispensable (3) réforme de la nouvelle gouvernance mondiale. La tenue du prochain G20 en septembre à Saint-Pétersbourg, hors de l'influence occidentale pour la première fois, est l'occasion de traiter enfin ces sujets primordiaux de gouvernance mondiale et notamment du système monétaire international. Car en 2014, les régions les mieux adaptées seront déjà en route pour le monde d'après.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article