Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
sortirdelacriseparlehaut.overblog.com
Articles récents

LIBÉRONS-NOUS DES FANTÔMES DE LA GUERRE FROIDE. !

23 Février 2014 , Rédigé par Sortir de la CRISE par le HAUT

louisboel:

Je "reblog" ce papier très important de Francis WURTZ pour, justement, éviter que la "crise" actuelle ne fasse naître, par un populisme bassement politicard, de nouveaux totalitarismes. Il est indispensable que les citoyens européens conscients obtiennent une écriture moins simpliste de notre Histoire!

Originally posted on Francis Wurtz:

Le 24 février prochain, le Bureau du Parlement européen est appelé à valider le projet d’exposition permanente de la future "Maison de l’Histoire européenne ". Celle-ci doit, en principe, ouvrir ses portes d’ici un peu plus d’un an, à proximité du Parlement à Bruxelles. Destinée à accueillir des dizaines de milliers de visiteurs par an, elle est dotée de moyens importants: ainsi, l’ "exposition permanente" dont il est question occupera-t-elle un espace de 4000 m2, auquel s’ajoutera notamment celui prévu pour les expositions temporaires successives. Un "auditorium"est , en outre, censé permettre l’organisation de débats suscités par le récit proposé par le musée."Proposé" n’est du reste, pas le bon terme."Imposé" serait plus adéquat ! Le problème essentiel que pose cette exposition est , en effet, le fait que nombre de points dont elle traite sont l’objet de vifs débats , y compris entre historiens : or, l’exposition ne reflètera pas ces controverses, elle présentera UNE vision de l’histoire comme étant LA vérité historique .
Au cœur de cette narration figurera la notion de "totalitarisme", qui permet de faire l’amalgame outrageant entre le "national-socialisme" d’une part et le "stalinisme" d’autre part, présentés comme deux variantes d’un même phénomène ! Ce qui conduira , de fait, à une banalisation du nazisme et une interprétation caricaturale , héritée de la guerre froide, de toute l’histoire des relations Est-Ouest durant la seconde moitié du 20ème siècle . Je n’en veux pour preuve que ce passage très significatif des "lignes directrices" du projet, adoptées par le Bureau du Parlement européen au moment de son lancement , en décembre 2008: "Le temps des idéologies totalitaires ne prend fin qu’avec la chute de l’URSS". On le voit: il s’agit d’une conception plutôt élastique du "stalinisme", englobant jusqu’à l’ère Gorbatchev !

L’on ne peut laisser faire cette réécriture de l’Histoire sans réagir . Non en opposant à une histoire "officielle" une autre narration partiale, mais en défendant , face à un cas typique d’instrumentalisation du passé, une démarche historique digne de ce nom. Il ne manque pas, parmi les historiens, en France comme en Europe, d’esprits libres, attachés à une conception scientifique de leur profession : ils devraient être, en l’occurrence, nos premiers interlocuteurs en vue d’une réponse qui fasse autorité à l’entreprise en cours. Au-delà, c’est aux citoyennes et aux citoyens dans leur ensemble qu’il s’agit de s’adresser afin de leur permettre d’exercer , en connaissance de cause, leur esprit critique, sans lequel il n’y a pas de récit historique européen commun possible.

Lire la suite

"LE NEVEU de RABELAIS" est PUBLIÉ sur Amazon

14 Décembre 2013 , Rédigé par Sortir de la CRISE par le HAUT Publié dans #LIVRES

pourquoi publier un nouveau livre ?

À la suite de la publication de notre livre collectif "SORTIR de la CRISE par le HAUT" et après plus d'un an de débats, discussions, recherches et réflexions, avec près de mille intervenants, nous sommes arrivés à la conclusion qu'il faut D'ABORD SE CHANGER SOI-MÊME! Aucune réforme, aucune révolution ne pourrait entrainer la métamorphose sociétale et la mutation de l'humanité qui sont aujourd'hui possibles, grâce aux sciences et technologies que l'humanité a conquises, plus particulièrement durant les trois derniers siècles. Toute recette de réforme qui s'appuierait sur des concepts, articulés par un nombre restreint de personnes, et sur une volonté et des moyens politiques, ne pourrait que recréer une nouvelle hiérarchie, une nouvelle dictature de quelques uns sur tous les autres.

La nouvelle humanité hétérarchique nous viendra "par le BAS", elle naîtra d'abord à elle-même par un long travail de prise de conscience et de libération de nous-mêmes. Libération de ceux qui nous asservissent, mais aussi de tout ce qui, en nous, nous asservit: habitudes, préjugés, instincts mal conscientisés, etc..

quel livre ?

J'ai donc été amené, sous la pression de quelques amis proches, à publier un autre livre, que j'avais écrit de 2007 à 2009, avant "SORTIR de la CRISE…".

Son titre aurait pu être "Conscience et Liberté" mais, pour des raisons que le lecteur comprendra, j'ai préféré lui donner pour titre LE NEVEU de RABELAIS, ou plus exactement

"Quête et errance de Lama Vigotzé,

le lama Bhoutanais qui aurait aimé être

LE NEVEU de RABELAIS"

Vous auriez pu trouver, ci-dessous, une image qui illustre ce livre qui est à la fois un roman, un essai, un récit, une quête de sagesse et une confidence, mais OVERBLOG refuse ... sans que je comprenne pourquoi.

Vous trouverez facilement la première photo (Couverture avant) en cliquant sur le lien suivant:

http://candido4press.wordpress.com/2013/12/16/couverture-avant-de-le-neveu-de-rabelais/

La seconde image présente le texte de la quatrième de couverture: que raconte ce livre?:

http://candido4press.wordpress.com/2013/12/16/et-de-quoi-ca-cause-ce-nouveau-bouquin-le-neveu-de-rabelais-4eme-de-couverture/

Enfin, une troisième image illustre une partie de l'histoire: Lama Vigotzé, personnage romanesque, a été disciple de Drukpa Kunley, le moine errant de la Folle Sagesse historiquement célèbre pour avoir provoqué la réflexion des foules en transgressant les règles sociales les plus "évidentes" de son époque, principalement par des provocations sexuelles. Vigotzé part en quête de sa vérité. Il rencontre d'abord Malé, une veuve sauvageonne une peu Chamane. Il s'en suit toute une série d'aventures jusqu'à la rencontre, dans un port du Gujarat, de Geert Verdomme, un commerçant flamand qui lui fait découvrir Érasme et surtout Rabelais, autre moine provocateur et transgresseur, contemporain d'eux tous. Et l'aventure se complique...

http://candido4press.wordpress.com/2013/12/16/panaorama-du-depart-de-laventure-de-lama-vigotze-le-moine-bhoutanais-qui-aurait-aime-etre-le-neveu-de-rabelais/

 

Je ne veux en aucun cas vous cacher que cette lettre est un appel franc et direct à votre soutien: je désire continuer à expliquer, aider et accompagner cette métamorphose de nos sociétés.

J'aimerais, pour ma modeste part d'action, monter et faire exister une association coopérative d'éditions populaires numériques très bon marché, avec option P.O.D. (Print On Demand = exemplaires imprimés & reliés à la demande), mais je n'en ai pas les (modestes) moyens nécessaires à la préparation juridique et administrative.

Je vous demande donc, à condition, bien sûr, que vous approuviez mon projet, d'acheter et d'offrir à vos amis "LE NEVEU de RABELAIS", pendant la période de prix promotionnel qui s'étendra de la Saint Nicolas 2013 (6 décembre) jusqu'à la Saint Valentin 2014 (14 février). Malgré son prix raisonnable (13€), chaque livre me laissera un peu plus de deux €, que je m'engage à utiliser pour faire avancer concrètement ce projet d'éditions. ET SURTOUT, n'oubliez pas LE PLUS IMPORTANT: l'effet boule-de-neige que vous obtiendrez en partageant ce message sur votre page ou en écrivant des messages à vos amis qui aiment lire et réfléchir…

Tout qui me le demandera sera tenu au courant des progrès de la coopérative d'éditions populaires et libertaires et aura loisir d'y participer…

… et je reste bien sûr disponible pour toute autre information,

en vous remerciant d'avance, bien amicalement,

Louis Boël.

Lire la suite

PLUS NOUS NOUS RENDONS INTERDÉPENDANTS, PLUS NOUS SOMMES LIBRES

12 Août 2013 , Rédigé par Sortir de la CRISE par le HAUT Publié dans #heterarchie, #nouveaux nomades, #individuation, #complexite, #horizontalite

"Hétérarchie", "Horizontalité", nouveaux "Nomades", "Individuation", "notre Liberté vient de l'Autre", "Complexité", "Interconnexion", …


A l'attention de tous ceux qui rejoignent notre groupe, mais sans imposer des répétitions aux autres, je propose ici la lecture d'un papier de 2010 sur OWNI, reprenant plusieurs éléments d'un texte du blog de Thierry Crouzet sous le titre "La liberté c'est le lien", éléments qui ont ensuite pris leur forme finale (à ce jour!) dans son livre "L'Alternative Nomade". (publie.net 2011)


http://owni.fr/2010/05/10/plus-nous-nous-rendons-interdependants-plus-nous-sommes-libres/

vous trouverez aussi ce texte, in extenso, dans notre PAGE du même nom:

"La liberté c'est le lien"

Lire la suite

FAISONS LE POINT sur nos PRIORITÉS

17 Juin 2013 , Rédigé par Sortir de la CRISE par le HAUT Publié dans #synthese, #faire le point, #participer

Après 10 mois d'écoute, d'échanges, de communication, de débats et de travaux à la suite de la publication de notre livre collectif "SORTIR de la CRISE par le HAUT", nous pensons qu'il est temps de FAIRE LE POINT et d'engager éventuellement des actions, modestes mais choisies pour correspondre le mieux possible à nos convictions partagées.

Nous sommes convaincus qu'il ne s'agit pas d'une "crise" mais que le monde est en train de vivre un passionnant "Changement de Paradigme Sociétal".

Il n'y a pas de responsables particuliers à nos difficultés, c'est juste une usure systémique générale: une fatigue de notre modèle de société qui est devenu de plus en plus obsolète par rapport à nos potentialités.

Si cela ne va pas plus vite, ce n'est pas à cause de "banksters" mais à cause de notre manque de responsabilité à TOUS face au consumérisme, à la financiarisation, aux idéologies simplistes, à la perte d'éthique d'une part trop importante du monde politique. Nous n'avons rien fait pour changer nos comportements: réfléchir personnellement (à la lumière de nos propres expériences), consommer mieux, refuser les pièges du crédit, voter à chaque occasion, voter pour des édiles locales dans lesquelles nous avons sérieusement confiance, réorganiser NOUS-MÊMES notre territoire social et nos articulations économiques.

Notre page Facebook évolue vers des débats mieux centrés sur ces principes. Nous avons plusieurs fois annoncé que nous bloquerons désormais les intrus qui sortent de cette dynamique et nagent à contre-courant, que ce soit par aveuglement, pour flatter leur ego ou pour leur propre intérêt. Le temps pour accompagner les réformes nous est précieux. Nous n'en avons pas à perdre avec ces brebis perdues en recherche de boucs émissaires!

Par contre nous accélérons la synthèse de nos conclusions et de nos projets concrets dans un document intitulé "SE CHANGER pour CHANGER LE MONDE ?" . J'en assure la coordination et la rédaction. Chacun qui est intéressé à y participer est invité à me contacter à l'adresse email louis.boel@sortirdelacrise.eu afin que nous puissions organiser cela ensemble sur la base du premier projet de texte que je leur enverrai. Je remercie ceux qui l'ont déjà reçu de me faire savoir s'ils ont encore des commentaires à ajouter.

On avance... prudemment mais sûrement !

Lire la suite

LES FONDEMENTS DE CLASSE DE L'ACTUELLE "EUROPE"

15 Juin 2013 , Rédigé par Sortir de la CRISE par le HAUT Publié dans #Francis Wurtz, #Reformes, #Europe

Je partage cette communication de Francis Wurtz, car c'est un belle et très complète analyse des réformes que nous devons exiger de et pour l'Europe. Je partage ce texte sur toutes nos présences sur internet: Page du Groupe Facebook "SORTIR de la CRISE par le HAUT", Blog "WWW.SORTIR de la CRISE ...", et aussi mon blog personnel sur WordPress et ma page Facebook personnelle. Le tout avec ce commentaire pour attirer l'attention sur la qualité de cette analyse de Francis Wurtz, député européen pendant trente ans (1979-2009) et communiste (!!). Pour de trop nombreux citoyens ce mot de "communiste" continue à mettre "un bémol" sur leur appréciation. Il est grand temps d'accepter les analyses des personnes compétentes de toutes tendances politiques, sans a priori ! Moi qui n'ai jamais eu aucune attache partisane et qui mets au-dessus de tout la libre-pensée, je pense que Francis est un des plus honnêtes, compétents et sincèrement humanistes parmi tous nos politiques. Lisez-le! Je ne comprends pas que son blog attire aussi peu de commentaires...et de soutiens !

(les soulignés en gras italique sont de moi, modestement par appréciation...)

ARTICLE DE FRANCIS WURTZ dans "L'HUMANITÉ DIMANCHE"

"Face à l’exaspération suscitée par les politiques, tout comme les pratiques, des dirigeants européens , la question est de plus en plus posée: comment nourrir une dynamique visant à "refonder l’Europe", autrement dit encourager les citoyens à contester les fondements de classe qui ont fait de l’Union européenne ce qu’elle est progressivement devenue. Cela suppose d’abord de désigner clairement les orientations et les structures avec lesquelles il faut absolument arriver à rompre.

Ainsi, il est essentiel de mettre en cause la mise en concurrence généralisée: "l’économie de marché ouverte où la concurrence est libre et non faussée". Nombre de règles ravageuses se rapportent à ce principe cardinal de l’ "Europe" actuelle: la "libre circulation" sans "entrave" (des biens,des services,des capitaux); l’obligation d’ouvrir les entreprises publiques de service public à la concurrence; le dumping social et fiscal; l’obsession de la "compétitivité" et du libre-échange…Refuser cette logique est nécessaire pour ouvrir la voie aux politiques coopératives sur le plan économique (coproductions,politique industrielle concertée ,réduction coordonnée des inégalités de développement …) et aux stratégies solidaires sur le plan social (sécurisation de l’emploi et de la formation pour chacune et chacun, priorité commune à la promotion des capacités humaines , salaire minimum adapté à chaque pays,harmonisation fiscale…)

Autre tendance lourde de l’ "Europe" actuelle à contrecarrer: la financiarisation galopante de l’économie, d’où découlent tant de plaies (austérité , précarité, chômage , asphyxie des services publics…) Refuser cette logique de soumission aux exigences des "investisseurs" sur le marché financier permet d’ aborder la question décisive des nouvelles missions à confier à la Banque centrale européenne (BCE) et d’un rôle radicalement nouveau pour l’euro; de demander la suppression du pacte de stabilité et la remise en cause du traité budgétaire comme des directives ou règlements qui s’y apparentent; d’ exiger une véritable chasse aux paradis fiscaux , l’instauration d’une taxe effective sur les transactions financières et le vote d’une réforme fiscale fondée sur la justice sociale et l’efficacité économique; bref de demander que tous les moyens soient mobilisés pour créer de la monnaie et utiliser l’argent en faveur de l’emploi, de la formation, des services publics, de la transition écologique .

Enfin, il faut s’attaquer à la verticalité des pouvoirs dans l’actuelle construction européenne : les traités (qui prétendent imposer définitivement un modèle libéral ); la BCE ("indépendante"); la Commission (et son arrogante "gouvernance économique"); la Cour (aux pouvoirs exorbitants et sans recours ); sans oublier la concentration de leviers de commande de fait au niveau des États dominants, à commencer par l’Allemagne de Madame Merkel…Refuser cette logique veut dire agir pour impliquer les citoyens dans l’élaboration des grands choix politiques européens, le contrôle des décisions et l’évaluation de leurs effets; obtenir des droits d’intervention pour les salariés sur la gestion des entreprises; faire respecter les prérogatives des assemblées élues, à commencer par les parlements; en un mot pour faire vivre la démocratie et la souveraineté populaire.

Chacun comprend que toute avancée sur cette voie suppose de faire converger dans la réflexion comme dans l’action des forces nombreuses et diverses aspirant au changement . C’est dire si l’ambition de "refonder l’Europe" suppose un grand effort de pédagogie politique et une stratégie de rassemblement bannissant résolument toute étroitesse!"

Lire la suite

LE PROGRÈS par L'INDIVIDUATION

4 Juin 2013 , Rédigé par Sortir de la CRISE par le HAUT

Ce matin Frederic Lebateleur a partagé sur la page Facebook de notre Groupe, une réflexion qui nous semble importante car elle pose enfin les problèmes autrement. Elle nous interroge sur le sens et la possibilité du Progrès, idéal des Lumières qui, généralement accepté comme une évidence de l'Humanisme et donc rarement mis en cause, pourrait paraître aujourd'hui comme incongru, obsolescent, ou encore impossible.

Nous allons travailler avec lui sur ce thème et nous invitons ici tous ceux que cela intéresse et qui ont tenté d'y réfléchir "en dehors des rails de l'habitude culturelle et morale" à participer à cette réflexion commune.

Je désire signaler ici un premier élément qui me semble pertinent: c'est le travail de Thierry Crouzet dans son essai "L'ALTERNATIVE NOMADE". Je pense plus particulièrement, dans le cadre de la réflexion de Frederic Lebateleur, à son analyse de la différence, de l'opposition même, entre INDIVIDUALISME et INDIVIDUATION.

Je préfère le laisser nous en parler lui-même, en citant ici le chapitre 30 de son livre, avec ses références. J'encourage tous ceux qui voudront participer à notre travail sur ces thèmes à le lire en entier car beaucoup d'autres sujets y sont évoqués et touchent directement au changement de paradigme sociétal qui nous intéresse.

L’individuation

Extrait de: Crouzet, Thierry. « L'alternative nomade. » publie.net, 2011-02-01. iBooks.

(Chapitre 30 in extenso). Ce contenu est protégé par des droits d’auteur.

"SI MAXIMISER l’interdépendance maximise la liberté, la réciproque est aussi vraie : réduire l’interdépendance minimise la liberté.

Par exemple, si nous coupons le lien avec notre boulanger, nous devons pétrir et cuire notre pain (nous ne sommes plus libres de ne pas le faire). Plus nous coupons de liens avec la diversité environnante, plus nous devons faire nous-mêmes, nous finissons par faire exactement la même chose que tous ceux qui coupent les liens, ne serait-ce que pour répondre à nos besoins élémentaires.

Dans le domaine culturel, si je décide de ne plus lire les écrivains parce qu’ils m’ennuient, je m’enferme dans un monde à l’imaginaire étriqué, avec les millions d’autres qui ont effectué le même choix que moi.

De même, si je suis habité par la croyance que des forces transcendantes régissent le monde, je peux choisir une religion. Ce faisant, je me coupe des autres religions et me prive d’un immense réservoir de sagesse.

En coupant les liens, en nous libérant des autres, nous réduisons nos possibilités existentielles. En apparence plus libres, parce que moins dépendants, nous renonçons à nous singulariser. Au final, nous sommes contraints d’effectuer les mêmes gestes que tous que tous ceux qui ont comme nous coupé les liens. Notre liberté n’est plus que théorique. Elle se résume à la liberté d’imiter les autres.

L’expérience de l’ascenseur illustre cette situation[14]. Un homme entre en premier dans une cabine et attend qu’elle démarre. D’autres passagers, les expérimentateurs, entrent alors et tous regardent le fond de la cabine. Après quelques secondes, le premier passager se retourne et regarde lui aussi le mur du fond. Cette scène filmée par une caméra cachée est hilarante, d’autant qu’elle se reproduit à l’identique avec différents candidats ou candidates.

Certains en déduisent que nous n’avons aucune capacité à résister à la pression du groupe. À vrai dire, si tout le monde regarde un même point c’est suffisamment intrigant pour que nous ayons envie de comprendre ce qu’il y a d’aussi captivant. On peut expliquer la réaction du premier passager par la simple curiosité. Ça ne révèle en aucune manière une tare humaine qui serait à tout jamais débilitante.

Et puis, imaginez que le premier passager connaisse les nouveaux venus. Ils auraient commencé à se parler, jamais ils ne se seraient imités les uns les autres. Cette expérience ne fonctionne que parce que le cobaye et ceux qui cherchent à le piéger n’ont pas tissé entre eux de liens. Elle prouve que l’absence de lien diminue notre humanité. Ce n’est que dans cette situation que nous sommes influençables, de véritables moutons de Panurge.

Nietzsche écrivit : « Il ne s’agit pas de marcher devant (ce qui revient tout au plus à être le berger, c’est-à-dire ce dont le troupeau a le plus besoin), il s’agit de savoir aller son propre chemin, de savoir être différent. » Par opposition, l’individualiste fait exactement comme tous les autres individualistes, achète les mêmes produits, regarde les mêmes séries TV, s’informe aux mêmes sources, il ne se singularise pas, il ne s’individualise pas comme disent les philosophes.

Leibniz a défini l’individuation comme « l’ensemble des qualités particulières qui constituent l’individu, par opposition à l’espèce[16]. » Il ne faut pas alors confondre individuation et individualisme. Si nous nous enfermons dans notre moi, si nous ne pensons qu’à nous regarder nous-mêmes, nous ne faisons que ressembler à tous les égoïstes. Nous ne nous individuons pas, bien au contraire.

S’individuer, c’est suivre son proche chemin, c’est prendre la route. Sans liberté, il ne peut exister d’individuation. La liberté est une condition préliminaire à l’individuation."

"Plus je trace de liens, plus je complexifie le monde,

plus je me libère, plus j’ai de chance de m’individuer. »

Extrait de: Crouzet, Thierry. « L'alternative nomade. » (Chapitre 30) publie.net, 2011-02-01. iBooks. Ce contenu est protégé par des droits d’auteur.

Consultez ce livre sur l’iBookstore : https://itunes.apple.com/WebObjects/MZStore.woa/wa/viewBook?id=429641822

Lire la suite

SAVOIR REVIVRE (Jacques Massacrier, 1973)

29 Mai 2013 , Rédigé par Sortir de la CRISE par le HAUT


Depuis la publication de notre livre collectif "SORTIR de la CRISE par le HAUT", lors des rencontres, débats, séances de travail, cafés-philo, etc., j'ai souvent rencontré des jeunes qui sont intéressés à séparer l'économie du nécessaire de celle du superflu (comme esquissé dans notre livre, page 128 "Éthique humaniste de l'Économie").

Ils trouvent qu'il faudrait "réunir des recettes qui permettent d'être plus facilement économe, voire autonome, pour ce qui touche aux besoins indispensables". Quand je leur parle de "SAVOIR REVIVRE" de Jacques Massacrier, ils n'en ont jamais entendu parler.
Je viens donc de mettre un commentaire à ce sujet sur la page de notre Groupe "SORTIR de la CRISE..." et je le copie ici pour leur faire savoir:


"BONNE NOUVELLE: IL A ÉTÉ RÉÉDITÉ!" on peut l'acheter comme "beau livre" grand format (je rappelle qu'il est entièrement écrit à la main et illustré par l'auteur) et on peut le lire en ligne et même le décharger en PDF sur le site:

http://savoir-revivre.coerrance.org/


Bien sûr on pourrait, aujourd'hui, ajouter bien des chapitres (co-voiturage, sites d'échanges ou d'entre-aide, production agricole locale, etc.etc.), mais le principal est que ces nouvelles générations ne perdent pas de temps à "réinventer la roue".


Merci à TOUS CEUX qui ont oeuvré pour rééditer et rendre gratuitement accessible cet ouvrage qui marque vraiment le "signal" du changement de paradigme sociétal que certains appellent encore "la Crise" car "ils voient mais n'ont pas encore compris"


Nous, à SORTIR de la CRISE par le HAUT, restons disponibles pour participer à LA PLUS GRANDE DIFFUSION POSSIBLE DE CET OUVRAGE et à tout autre initiative qu'ils entreprendront dans cet esprit...

ET VOICI LA TABLE DES MATIÈRES:

Lire la suite

HOMMAGE à José Luis SAMPEDRO

15 Avril 2013 , Rédigé par Sortir de la CRISE par le HAUT Publié dans #Sampedro, #Changer, #Indignes, #Espagne

HOMMAGE à José Luis SAMPEDRO

Référence:


http://www.youphil.com/fr/article/06381-jose-luis-sampedro-mort-indignes-espagne-ecrivain?ypcli=ano

"A contre-courant jusqu'au bout, l'économiste, humaniste et écrivain espagnol José Luis Sampedro s'est éteint.

"Bien sûr qu’il existe des alternatives. Ne vous inquiétez pas, quand le système aura coulé, et il coule -ce que nous vivons actuellement est la barbarie que provoque son effondrement- autre chose viendra. La vie ne s’arrête jamais. Ou les banquiers pensent-ils qu’ils sont immortels?"

L’Espagnol José Luis Sampedro s’est éteint dans la nuit du dimanche 7 avril, à l’âge de 96 ans. Son décès, annoncé deux jours après, a ému de nombreux Espagnols.

José Luis Sampedro était l'inspirateur du mouvement "Democracia real ya!" et des Indignés du 15 mai.

José Luis Sampedro avait également rédigé le prologue du manifeste Indignez-vous, écrit par son complice Stéphane Hessel.

Il ne prétendait pas vouloir changer le monde, a-t-il confié au journal El Pais, mais être en harmonie avec lui: "Cela suppose une vie qui se dessine comme un fleuve. Celui-ci se lance d’abord fougueusement à l’assaut de la descente montagneuse, se calme, puis arrive à un point, qui est le mien à présent, où il meurt. Je veux mourir comme ce fleuve, je sens déjà le sel. Je pense à la mort comme quelque chose de bénéfique. Le fleuve est eau douce et voit qu’il change, mais il l’accepte et meurt heureux, parce qu’une fois qu’il s’en rend compte il est déjà devenu mer."

Plus mystique que révolutionnaire, selon ses dires, José Luis Sampedro a surtout influencé les jeunes Espagnols.

Le 15 mai 2011, quand éclatait le mouvement des Indignés, il manifestait avec eux, à Madrid.

Ni de droite, ni de gauche, l’homme voulait rassembler les Espagnols, sans longs discours sur les luttes des classes ou quête de pouvoir. Cherchant son épanouissement dans la solidarité, la proximité avec la nature, il abhorrait la frénésie du "toujours plus".

Pour Sampedro, les Espagnols avaient leur part de responsabilité individuelle dans la crise, ce qui le rendait plus crédible dans son combat auprès des Indignés. Une responsabilité prenant sa source, selon lui, dans le consumérisme et la "course au capital" avant l’éclatement de la bulle immobilière.

Convaincu que le temps du changement était venu, que les limites du capitalisme avaient été franchies depuis trop longtemps déjà, il voulait que le système économique soit repensé de façon critique: "Le développement ne se fait que s’il y a rentabilité. L’important réside dans ces trois mots que tout le monde exige de nos jours : productivité, compétitivité et innovation. Au lieu de productivité, je propose vitalité; au lieu de compétitivité, coopération, et face à l’innovation qui consiste à inventer des choses pour les vendre, la création."

Sampedro est né à Barcelone en 1917, mais a grandi au Maroc, à Tanger. Il a ensuite connu la guerre d’Espagne. D’abord enrôlé dans l’armée des Républicains, il a déserté pour rejoindre les rangs des Franquistes.

Né dans une famille de conservateurs, il les pensait, d’abord, plus proches de ses principes politiques. Rares sont ceux qui lui en tiennent rigueur, car l'écrivain a très vite pris du recul pour se forger ses propres idées, et, dénoncer haut et fort, non sans risques, l'iniquité de la dictature.

Après la guerre, il termina ses études d’économie avec brio, ce qui lui permit d’exercer divers postes dans la Banque extérieure d’Espagne. Sampedro devint par la suite professeur d’économie à l’université Complutense de Madrid, puis à l’étranger.

En tant que sénateur, nommé par décision royale, Sampedro s’est engagé contre les traces laissées par la dictature franquiste. Cet engagement se retrouve dans ses livres, dont Octobre, octobre fut le premier succès.

Sa carrière prolifique et sa maîtrise de la langue espagnole lui valurent d’être nommé à la Real Academia Espanola en 1990, cinq ans après la publication de son second roman à succès, Le sourire étrusque. Il consacra le reste de sa vie à l’écriture.

Conformément à ses idées- il fut très critique quant aux dérives et aux manipulation des médias-, il avait demandé à sa famille qu’un "cirque médiatique" soit évité, ce pourquoi sa disparition a été annoncée tardivement.

Depuis, les internautes émus lui rendent hommage sur la toile en évoquant ses citations. L’unes des plus partagées demeure: "Nous devrions nous indigner mille fois plus."

Lire la suite

Un universitaire égyptien prédit l’effondrement du monde musulman

24 Mars 2013 , Rédigé par Louis Boël

Diversité des opinions! c'est donc l'ÉCOLE , à tous les niveaux, qui sera l'outil de progrès. Il ne s'agit pas d'ânonner le catéchisme, le coran ou le candide de Voltaire, il s'agit d'apprendre à penser et à critiquer sa propre pensée... (voir ce cher Baruch Spinoza

Lire la suite

Claude Zylmans

20 Mars 2013 , Rédigé par Louis Boël

Je partage cette communication de Claude Zylmans qui annonçait une conférence de hier soir à l'Université Libre de Bruxelles (ULB). Il accompagne cet appel à réflexion de deux documents que vous pouvez trouver sur sa page personnelle à la date du 18 mars vers midi. Le premier est le début d'une brochure du Gouvernement Belge, en 1963, pour attirer les émigrants maghrébins vers la Belgique; le second est une réflexion islamique (ou islamiste?) qui justifie systématiquement le rejet des élections dans une démocratie d'accueil et la révolte contre le principe même de cette démocratie. J'en conseille la lecture complète (8 pages).
Il faudra bien un jour décider d'une conduite vis-à-vis de ce genre d'ostracisme anti-démocratique qui s'annonce lui-même non négociable. On ne re-fondera pas une démocratie humaniste "post-crise" ou "post-industrielle" si on se cache ce genre de problème, conséquence inévitable de la mondialisation qui amène des systèmes socio-politiques différents, et parfois nettement antagonistes, à partager le même territoire. Il me semble que nous, Belges, devrions avoir une expertise valable dans ce genre de situation, puisque depuis bientôt deux siècles d'indépendance nous sommes confrontés au fait que nos communautés nationales ne partagent pas les mêmes traditions légales, par exemple vis-à-vis du "droit du sol". Certains arguent d'une difficulté essentielle due au fait que ce droit est peu susceptible de se diluer, voire de se fondre dans des impératifs démocratiques; mais d'autres leurs opposent que les citoyens s'entendent et se respectent démocratiquement, les antagonismes réellement dangereux ne prenant naissance que dans des milieux politiques tentés par la facilité d'un populisme électoraliste.
Peut-être y a-t-il là une piste de réflexion utile: à quel degré cette missive islamique sur les élections en Belgique pourrait-elle être avant tout une manipulation politique? ou socio-politique? Et si tel devait être le cas, quels intérêts se cacheraient-ils derrière cet appel à l'incivisme et à la "pureté" religieuse théocratique? Certaines principautés moyen-orientales (émirats)? Le Royaume Saoudien (pour des raisons géopolitiques)? Le même Royaume, mais pour des raisons de tensions internes entre ses deux "piliers": la famille royale et ses alliés religieux fondamentalistes wahhabites? ou d'autres intérêts à identifier?
Quoiqu'il en soit de cette piste de réflexion, il faudra être extrêmement créatif pour trouver une solution de "vivre ensemble" car on voit mal comment une solution socio-politique pourrait se situer ailleurs qu'à l'intérieur du spectre allant de l'inter-culturalité démocratique (la multi-culturalité a déjà montré ses carences) à la solution Saoudienne (justement!) qui s'exprime "ici c'est Notre Loi-la Sharia. Point-barre. Si cela ne vous plaît pas, ne venez pas".
La solution de facilité serait d'appliquer la réciprocité mais, d'abord, c'est excessivement peu humaniste (pourrions-nous transiger là-dessus? Vu les contraintes la question reste ouverte). D'autre part la réciprocité est applicable entre États mais comment faire une réciprocité entre une religion et une laïcité?
Le Débat est ouvert. Je le déménage sur une PAGE de notre Blog www.sortirdelacrise.eu où nous aurons plus d'espace et de liberté.

Lire la suite
1 2 3 4 5 > >>